L’origine de la vie : les premières traces.

 

Directeur de Recherche au CNRS, Géosciences Montpellier

Professeur invité à l’Institut de Physique du Globe de Paris

Professeur invité à L’Université de São Paulo, Brésil

 

 

Après des études universitaires à Montpellier en géosciences, Pascal Philippot a travaillé comme chercheur contractuel à l’Université de Harvard (Etats Unis) pour finalement intégrer le CNRS à l’Institut de Physique du Globe de Paris en 1990. Il a d’abord travaillé sur la dynamique des chaines de montagne et plus récemment sur l’évolution conjointe de la Terre et de la vie au cours des temps géologiques, en particulier les premières traces de vie sur Terre. Actuellement, il s’intéresse aux phénomènes qui ont conduit à l’oxygénation de l’atmosphère et des océans terrestres il y a environ 2,5 milliards d’années.

Australie, Afrique du Sud et Brésil ont constitué les terrains d’étude de Pascal Philippot durant plus de trente ans, il a rejoint l’Institut des Géosciences de Montpellier en 2017.

 « Les microorganismes semblent exister partout où se trouvent de l’eau liquide et des températures inférieures à 122°C et il n’est plus absurde d’imaginer l’existence d’une biosphère jusqu’à au moins 7 kilomètres de profondeur dans la croûte terrestre. »

Pascal Philippot vient  nous parler de l’origine de la vie et de vie actuelle au sein des roches, de méthodes pour la caractériser, la détecter,  et caractériser ses interactions avec le monde minéral.

En lien avec les nouveaux programmes d’enseignement scientifique de Terminale sur l’atmosphère primitive et son évolution sous l’action des microorganismes, cette conférence doit nous procurer une actualisation précieuse des connaissances.