Géothermie et les différents modes d’érosion

sortie géothermieSamedi 25 mai 2013 :  avec Michel SERANNE, géosciences Montpellier.
L’excursion nous a permis de découvrir un site où l’eau jaillit du sous-sol à 52°C. L’eau se faufile à travers les formations géologiques, se réchauffe en profondeur, ressort à la surface à la faveur d’un forage de quelques dizaines de mètres et va finalement chauffer de vastes serres de plantes tropicales ! Autour des forages, on observe comment ces eaux bouillonnantes, chargées en éléments chimiques (parfois nauséabonds !) permettent le développement de microorganismes spécifiques et de concrétions de calcite spectaculaires

Les couches de sédiments rouges, aujourd’hui inclinées, nous racontent une histoire vieille de 250 millions d’années : effondrement des montagnes, pluies brutales et fleuves tumultueux chargés de limons, enfouissement progressif des sédiments et lente transformation en pierre, multiples tremblements de terre soulevant et basculant les strates.
C’est le jeu sans fin de l’érosion qui est mis en tableau autour du Salagou. C’est elle qui permet de comprendre tous les reliefs qui dominent le lac.
En partant de surfaces-repères constituées par les coulées de basalte (datées), on peut calculer des taux d’érosion. On observera différents modes d’érosion dans les pélites, on s’appuiera sur cartes et documents scientifiques assez démonstratifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>