« Les roches calcaires régionales : de la carrière au bâti »

visite de la carrière de Saint Jean de Védas accompagnée par Suzanne RAYNAUD et Michel SERANNE de Géosciences Montpellier.

le 28 septembre 2011

Cette ancienne carrière est aménagée en parc d’agrément et elle est accessible en tram.

Les calcaire « Miocène » (Burdigalien) ont servi à la construction de la cathédrale de Maguelonne, des Arceaux

Compte rendu de la conférence du mercredi 9 novembre 2011 :

par Suzanne RAYNAUD, professeur à Géosciences Montpellier

Lors de la visite de la carrière de Saint Jean de Védas, Madame Suzanne RAYNAUD nous avait déjà expliqué les méthodes d’exploitations de cette carrière. Lors de cette conférence elle nous a parlé des principales roches utilisées dans notre région par la construction de certains édifices.

Autrefois, pour des raisons économiques, les matériaux de construction comme les pierres provenaient de lieux proches, c’est à dire à disposition. Ainsi les coûts de transport étaient minimes et l’approvisionnement facilité. Dans notre région les roches calcaires dominent et constituent donc la principale source de ces matériaux. Des raisons techniques comme l’emplacement du monument ou les caractéristiques de la roche (densité, porosité, résistance, couleur …) sont à l’origine de certains choix. Certaines de ces roches ont un aspect très décoratif comme les roches qui ont subi un début de métamorphisme (ex : calcaires épimétamorphiques du Dévonien, l‘incarnat de Caunes, le marbre de Saint Pons, le noir de Saint Laurent …). Leur utilisation se limite souvent aux parements, dallages, monuments funéraires…

Les calcaires lithographiques très massifs ont une porosité très faible. Cette propriété est intéressante pour empêcher l’eau de remonter par capillarité. Ils ont été utilisés pour réaliser des sous-bassements (ce qui évite l’humidité) ou des dallages (ex : bars = dalles de 1,5 m de côté à la mode au XV° siècle). Pour la construction d’un bâtiment, on réalisait les fondations avec un calcaire très dense puis le bas des murs avec un de moyenne densité pour terminer dans les parties supérieures avec des calcaires tendres.

Le Tertiaire a donné des calcaires lacustres ou marins. C’est l’exemple de la pierre de Castries exploitée dans la carrière de Farruseng à Beaulieu qui présente plusieurs avantages (isolant thermique, isolant phonique et restituant bien l’humidité). Il contient des fragments coquillers marins dont le faciès varie en fonction de la profondeur de formation. A 150 m – 200 m de profondeur, on avait un milieu tranquille d’où de petits fragments de coquilles.

Le Quaternaire a fourni des travertins. Cette roche est légère et résistante ce qui a permis de l’utiliser pour faire des voûtes ou des élévations.

La restauration de monuments historiques exige d’utiliser les mêmes matériaux que ceux d’origine. Il faut alors prélever des échantillons sur les pierres du monument et les analyser pour déterminer leur origine géologique et ainsi retrouver la carrière d’origine. Si cela n’est pas possible, on peut prendre une roche la plus proche possible. Cette méthode peut infirmer la recherche historique sur l’origine des matériaux. Ainsi pour l’abbaye de Saint Guilhem le Désert, les écrits disaient que les matériaux venaient de Lombardie. Or l’étude géologique de ces matériaux a montré qu’ils provenaient des carrières de la Liquière (micrite argileuse). Pour le rétable de la cathédrale de Narbonne, les pierres utilisées provenaient d’un calcaire lacustre comme le montre les lames minces (présence de charophytes).

Les basaltes quaternaires ont été aussi utilisés mais de façon beaucoup moindre.

Le Languedoc produit 110 000 tonnes de pierres de construction par an soit 16% du marché national principalement sous forme de moellons, de dallages, de placages, de balustres …

Hugues HAACK professeur de SVT, Lycée A.Camus (Montaury) Nîmes.

Compte rendu de la .

Un compte rendu sera présenté dans le prochain bulletin régional.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>