La visite de l’herbier du MNHN

Une planche d'herbier parmi tant d'autres...

Une planche d’herbier parmi tant d’autres… Mais un « type » comme l’atteste la couleur rouge du dossier !

Samedi 6 décembre nous avons été reçus à l’herbier du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.
Marc André Selosse et Odile Poncy, responsable du projet de rénovation de l’Herbier, nous ont entourés, informés, promenés à travers les quatre étages du bâtiment récemment ré-ouvert au public .

Là se trouvent les 8 millions de références dont dispose l’herbier, ce qui le place parmi les plus grands du monde, et l’égal de l’herbier de Kew.
Nous avons pu sortir des dossiers ce qui nous a permis d’abord d’en voir la couleur qui correspond à une origine géographique : par exemple le dossier bleu concerne les végétaux provenant d’Afrique tropicale. Chaque échantillon est affecté d’un code barre, et si nous sommes en présence d’un « type » alors le dossier est rouge (500 000 types), comme le montre la photo. Il peut y avoir plusieurs planches dans chaque dossier, avec les parties de la plante séchée, mais aussi des dessins et enfin des petits sachets contenant les « restes » cassés au cours des manipulations.

Les noms successifs donnés à l’échantillon sont inscrits sur sa fiche à côté de son code barre.
La protection de ce matériel périssable est assurée par le contrôle de l’hygrométrie, de la température (19°), des vitres anti U.V. , d’un insectron placé au dessus de la porte d’ entrée . La désinfection ,autrefois assurée par fumigation avec métaux lourds, a été remplacée par le passage à 40 degrés des fichiers.
Dans l’herbier historique nous avons pu sortir des fiches illustres composées par Lamarck, Jussieu, Adamson, Tournefort, … Émotion !

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>